Jeune étudiant baise une femme mature toute la nuit

Thomas est entré d’un pas vif dans le salon de l’aéroport et s’est glissé sur un tabouret au bar, en plaçant son sac à dos sur le siège à côté de lui.

Il avait environ 30 minutes à tuer avant le décollage de son vol de retour de nuit, il a donc décidé de prendre quelques verres devant un exemplaire du journal local pour se détendre après son long voyage de vacances.

Après avoir commandé un whisky et un coca, Thomas a fait le point sur le reste du bar, vérifiant les clients un par un. À sa gauche, un couple marié se parle à voix basse et, plus bas, un homme d’affaires plus âgé regarde le match de football du dimanche soir. À sa droite, le barman aidait deux étudiants de la fraternité, qui appréciaient eux aussi le match, sans doute sur le chemin du retour après la fin du trimestre.

Après avoir vidé le dernier de son premier verre quelques minutes plus tard, Thomas a remarqué une femme assise au bar quelques sièges plus bas. Elle a commandé une bière, puis s’est penchée vers lui, en le regardant dans les yeux.

“Puis-je voir la partie habitable ?” demanda-t-elle, tuant complètement son ego.

“Bien sûr”, marmonna Thomas, tandis que ses doigts feuilletaient le papier et trouvaient sa section. Il la lui a remise, et elle lui a fait un doux sourire avant de retourner à sa bière et à ses nouvelles lectures.

Au cours des minutes qui suivirent, les yeux de Thomas se tournèrent de temps en temps vers elle, regardant la femme plus âgée. Elle semblait avoir la fin de la trentaine ou le début de la quarantaine, avec des cheveux foncés – presque noirs – et des yeux bleu clair. Elle était assez petite pour une femme, et il a remarqué qu’elle avait une silhouette élancée, une poitrine bien fournie et des jambes magnifiques. Habillée pour le froid de la fin de l’automne, elle portait un pull noir, une jupe gris ardoise jusqu’aux genoux et des bottes à talons hauts.

Thomas retourna à son journal, au whisky et au cola, sûr qu’il ne l’intéressait pas, malgré sa belle tenue – un pantalon kaki, une chemise à boutons vert foncé et des chaussures marron. Perdu dans sa rêverie, il n’a pas remarqué que la femme s’était glissée à côté de lui pour lui rendre la partie habitable.

“Ahem.” Elle a toussé, essayant d’attirer l’attention de Thomas.

“Oh, je suis désolée, je ne vous avais pas vu.” Thomas a répondu, abasourdi.

“Merci pour la section.” La femme a dit, en donnant à Thomas un regard qui était plus une recherche qu’un sourire. “Je m’appelle Taylor.”

“Enchantée, je m’appelle Thomas.”

Ils ont donc discuté pendant quelques minutes, en échangeant quelques informations sur chacun. Elle vivait à Miami, alors que Thomas n’était là que pour les vacances. Ils prenaient le même vol ce soir-là, mais son itinéraire était à l’opposé du sien – elle s’envolait pour Atlanta pour affaires, tandis que lui rentrait chez lui.

Ils ont continué à bavarder pendant un certain temps, partageant quelques verres de plus jusqu’à ce qu’ils aient tous les deux un bon buzz. Mais alors, Thomas a entendu un appel dans le haut-parleur pour que l’embarquement commence. Ils se sont fait des adieux rapides et se sont souhaité un bon vol avant de se séparer, elle à la salle de bain et lui à la ligne d’embarquement.

Environ 15 minutes plus tard, Thomas s’est installé confortablement dans son siège, au dernier rang de la section des autocars. Le vol semblait assez vide, il s’est donc un peu écarté et a enlevé ses chaussures, en fléchissant ses pieds endoloris dans ses chaussettes de laine grises à talons et orteils noirs. Thomas s’est penché en arrière sur le siège et a mis ses écouteurs, se détendant au son de la musique.

Quelques minutes après sa sieste, une main a touché mon épaule, le faisant sortir de sa transe.

“Ce siège est-il pris ?” demanda Taylor en riant. “En fait, j’ai la fenêtre de cette allée.”

Thomas lui rendit son sourire et se retourna pour la laisser passer, et elle s’écroula, fatiguée, sur le siège de la fenêtre. Peu de temps après, ils reprirent leur conversation et remarquèrent à peine que l’avion s’envolait.

Au cours de leur conversation, elle s’est penchée et a subtilement ouvert la fermeture éclair de ses bottes, en glissant ses pieds et en dévoilant ses chaussettes à rayures foncées. Pour une personne fétichiste des pieds, comme Thomas, cela se traduisait par une érection instantanée. Thomas était en train de creuser la vue d’elle dans ses pieds chaussés et sa jupe élégante, mais il essayait de ne pas la fixer ouvertement.

Lorsque le signal d’attache de la ceinture de sécurité s’est déclenché, Taylor a détaché sa ceinture et s’est glissé à côté de lui sur le siège du milieu pendant qu’ils poursuivaient leur conversation. Le vol étant un vol de nuit, les hôtesses de l’air ont apporté des boissons et des snacks peu après le décollage, puis ont baissé l’éclairage pour le film en vol. Ils se sont tous les deux arrêtés de parler un moment alors qu’ils commençaient à regarder le film, et Taylor s’est penché, posant pratiquement sa tête sur son épaule.

“Je ne vois pas très bien là-bas.” Elle a dit avec un sourire. “Vous avez la bonne place.”

Alors que j’étendais mes jambes devant lui en regardant le générique de début, il a senti son pied se heurter à quelque chose et il a reculé.

“Oh, désolé.” Thomas s’est excusé, quand il a réalisé qu’il avait cogné le pied de Talyor.

“Non, c’est bon, Thomas.” Elle a répondu, puis a ramené son pied vers le sien, en le frottant doucement avec ses orteils gainés de chaussettes. Thomas a répondu en rapprochant son pied du sien et en le frottant en retour, en précisant que cela ne le dérangeait pas de jouer une belle partie de foot.

Ils sont restés assis un moment, les pieds posés l’un sur l’autre pendant que le film se déroulait. Les hôtesses de l’air ont fini de servir les boissons et se sont retirées à leur place avant que leur fatigue ne les pousse à faire une petite sieste. La plupart des passagers se sont également retirés, seuls quelques uns sont restés éveillés pour regarder le film.

Au moment où ils ont atterri, il était déjà très chaud. Taylor et Thomas ont quitté l’avion avec le reste des passagers. Elle lui a dit qu’elle ne pouvait pas supporter de passer la première nuit à l’hôtel toute seule. Elle a donc suggéré à Thomas de prendre une chambre dans l’hôtel où elle séjournait. Thomas a accepté et ils y ont pris un taxi ensemble.

Malheureusement, en arrivant, ils ont appris que l’hôtel était complet. Le réceptionniste a appelé, mais tous les hôtels de la région étaient pleins en raison de quelques conventions. Taylor lui a demandé s’il pouvait rester dans sa chambre. Thomas a accepté et ils ont tous les deux monté les escaliers.

“Nous réglerons les modalités de couchage plus tard.” Elle a répondu.

Ils se sont douchés à tour de rôle. Thomas est sorti de la salle de bain enveloppé dans une serviette. Taylor se préparait un lit sur le sol. Sa queue se raidit à sa vue dans une courte robe coupée bien au-dessus des genoux. Une vision de ses jolies jambes enroulées autour de sa taille lui a traversé l’esprit.

Thomas et Taylor ont encore négocié pour savoir qui dormirait où, jusqu’à ce qu’il finisse par la convaincre de prendre le lit. Thomas se recroquevilla sur le sol. Une fois sous la couverture, il retira sa serviette et essaya de se mettre à l’aise. Il a regardé Taylor marcher vers le lit et éteindre la lumière. Il a aperçu Taylor alors qu’elle détachait sa robe et la laissait tomber sur le sol. Il a été surpris de voir qu’elle était nue elle aussi. Avec de grands yeux, il a regardé ses fesses et ses jambes fermes lorsqu’elle a descendu la couverture. Alors qu’elle se faufilait entre les draps, il a pu voir sa poitrine pleine de maturité. Il s’est endormi et a bientôt fait des rêves érotiques dans lesquels la Milf dormait nue à quelques mètres de lui.

Au cours de la nuit, il s’est réveillé et est allé en titubant dans la salle de bain pour faire ses besoins. Encore à moitié endormi, il s’est automatiquement mis au lit et a commencé à tirer les draps pour y entrer. Thomas a vu la forme de sommeil de Taylor dans le lit et s’est soudain souvenu des circonstances. Il était sur le point de laisser tomber les draps et de retourner sur le sol.

“Charles arrête de rester là et se met au lit. Tu me donnes froid.” marmonna Taylor dans son sommeil.

Thomas se souvint de leur conversation dans l’avion, que Charles était son ex-mari.

Taylor a alors tendu la main, a pris Thomas par le bras et l’a tiré dans le lit. Il s’est installé entre les draps, déterminé à s’éclipser dès qu’elle se serait rendormie. Cependant, Taylor l’a empêché de s’échapper en se roulant dans ses bras, la tête sur la poitrine et une jambe enroulée autour de lui.

Il est resté allongé là, éveillé, pendant vingt minutes. A chaque seconde qui passait, son érection augmentait à mesure qu’il sentait la poitrine de Taylor s’enfoncer dans son côté. Ses poils de chatte chatouillaient sa cuisse chaque fois qu’elle changeait de position. Sa queue devint si raide et si dure qu’il sentit bientôt qu’elle touchait la main de Taylor. Il était sans voix quand sa main a glissé de sa cuisse et s’est enroulée autour de sa bite.

“Je vois que tu m’as apporté un cadeau. Charles, ça m’a manqué et j’en ai bien besoin.” Elle murmura d’une voix endormie.

Thomas était convaincu que Taylor dormait encore et pensait qu’il était son ex-mari Charles. Thomas se demandait ce qu’il fallait faire. Quand elle a brusquement jeté les couvertures et s’est mise à genoux. Taylor a levé sa jambe gauche, l’a relâchée sur ses hanches et s’est penchée vers l’avant pour lui donner un baiser plein de passion. Il a senti sa bite se positionner à l’entrée de sa chatte alors qu’elle lui saisissait la bouche avec sa langue. Il a remarqué que pendant tout ce temps, ses yeux étaient encore fermés.

Après plusieurs moments de baisers, la tête de sa bite a commencé à écarter les lèvres chaudes de sa chatte. Il regarda alors que ses paupières commençaient à s’ouvrir lentement. Le choc et la surprise sur son visage étaient un spectacle dont il se souviendrait toujours.

“Tu n’es pas Charles !” Elle cria.

Mais cela ne semblait pas la faire changer d’avis sur son envie de se faire baiser. Elle remua ses hanches d’un côté à l’autre, descendant lentement sur sa bite dure. Thomas ne savait toujours pas si elle était vraiment surprise de le voir ou si ce n’était qu’un fantasme qu’elle devait mettre en scène. Mais cela ne pouvait pas avoir moins d’importance. La pince-étau de la chatte de Taylor s’est emparée de sa bite et l’a sucée jusqu’au bout.

Les hanches de Taylor bougent instinctivement et avec l’expertise d’une femme qui a monté la bite toute sa vie. Ses hanches se sont automatiquement mises à bouger avec les siennes.

“C’est ça, donne-moi cette bite, donne-la-moi fort, baise moi maintenant !” Elle gémit.

Entre ses gémissements et ses halètements, Taylor lui a dit que cela faisait deux ans qu’elle n’avait pas fait l’amour.

Les hanches de Taylor bougeaient si vite qu’elles étaient floues et elle a vite atteint le point culminant d’une série d’orgasmes qui ont libéré deux ans de frustration accumulée. Sa bite, tourmentée pendant six ou sept heures par la présence de ce Milf bien galbé, ne tarda pas à exiger sa propre libération.

J’ai du sperme dans le miel. Je veux sentir ta charge.” Elle gémit.

Il ne tarda pas à faire jaillir un torrent de lait d’amour épais dans sa chatte longtemps négligée.

Taylor s’est effondré dans ses bras et a pleuré des larmes de bonheur et de joie de sa libération sexuelle. Si elle éprouvait des remords d’avoir couché avec un étranger. Cela ne tarda pas à passer, car en quelques minutes seulement, elle embrassait sa poitrine et son ventre en direction de sa bite.

Taylor léchait les sucs qui s’accrochaient encore à sa bite. Puis elle l’a pris dans sa bouche. Sa tête qui bougeait le tenait bientôt en érection et prêt à l’action une fois de plus. Il la roula et pointa sa bite vers sa chatte et frotta la tête entre ses lèvres extérieures, les séparant et recouvrant la tête de sa bite d’un mélange de sa précumité et de son humidité. Taylor a fait glisser sa chatte sur la tête de sa bite, l’emprisonnant en elle, puis a placé ses mains sur son ventre pendant qu’elle poussait ses hanches vers le bas pour englober sa bite profondément dans sa chatte humide. Elle s’est installée sur ses hanches, souriant et fermant les yeux sur le plaisir qui la traversait, faisant lentement bouger ses hanches autour et autour de la bite dure qui était en elle.

“Oh, bébé, tu te sens si bien en moi !” dit-elle en lui souriant. “Ça va être si bon de te sentir jouir dans ma chatte !” Elle a dit qu’elle a commencé à bouger, en glissant de haut en bas sur sa bite dure. Thomas a regardé sa chatte engloutir sa bite dure encore et encore pendant qu’elle le chevauchait. Il s’est levé et a attrapé ses gros seins ronds avec les deux mains, les a soulevés et les a serrés fort.

“Oh oui, bébé, presse mes seins ! Serre-les fort !” dit-elle, en plaçant ses mains sur les siennes pendant qu’il serrait ses seins. Elle a continué à glisser sur sa bite, les muscles de sa chatte s’accrochant à son corps pendant qu’elle le chevauchait. Il a tiré sur ses deux tétons, les faisant sortir de ses seins.

Sa chatte était chaude, humide et serrée autour de sa bite et elle savait comment l’utiliser, en glissant vers le haut de sa bite jusqu’à ce que seule la tête soit coincée en elle, puis en glissant de nouveau vers le bas et en prenant toute sa longueur en un long mouvement fluide. Elle a saisi et serré sa bite avec ses muscles internes pendant qu’elle le baisait, trayant sa bite à chaque coup. Elle gémissait de plaisir tandis que sa bite s’étirait et remplissait sa chatte encore et encore, et elle sentait les sensations se développer en elle.

“Oh, Thomas !” Taylor gémissait en se glissant sur sa bite : “Je vais jouir… sur ta bite dure… Je vais jouir….mmmm….Je vais jouir MAINTENANT ! AAAHHH !!”

Taylor est arrivée en force, et Thomas pouvait sentir son cul bouger et les muscles de sa chatte se contracter sur son axe quand elle arrivait, sans jamais ralentir ses mouvements, continuant à glisser de haut en bas sur sa bite, prenant tout son gros bâton en elle à chaque coup. Il serrait fort ses énormes seins ronds quand elle arrivait, et il sentait sa chatte se contracter en retour. Elle est venue longtemps et fort, si longtemps qu’il pensait qu’elle n’arrêterait jamais de jouir, mais elle a fini par le faire. Son orgasme massif la laissa à bout de souffle et couverte d’une fine couche de sueur.

“Oh, mon Dieu !” Elle a dit, en ralentissant ses mouvements mais sans s’arrêter : “C’était génial ! J’ai cru que je n’arrêterais jamais de jouir !”

“Moi non plus”, lui répondit Thomas.

“Tu dois te souvenir.” Elle haletante, glissant toujours lentement de haut en bas de son axe qui était encore dur comme de la pierre, “Je n’ai pas eu une bite dure en moi depuis plus de deux ans ! J’ai beaucoup d’énergie refoulée dont je dois me débarrasser !”

Combien de fois peux-tu jouir ?” demanda Thomas, ses mains serrant et massant encore ses énormes seins.

“Deux fois de suite ou en tout ?” demanda-t-elle, glissant encore de haut en bas sur sa bite.

“Dos à dos.” Thomas répondit, en tirant sur ses tétons. Elle gémit en réponse, puis répond.

“Dos à dos, mon record est de trois.” Elle a levé un sourcil et a dit : “Alors, tu veux battre des records, Thomas ?”

Thomas l’a saisie fermement par la taille et l’a maintenue pendant qu’il poussait sa bite vers le haut, allant plus profondément que jamais dans sa chatte déjà remplie. Elle a crié pendant qu’il la remplissait et a continué à la pousser de haut en bas, la tenant fermement pendant qu’il enfonçait sa bite dans sa chatte et la faisait sortir. Elle a appuyé ses mains sur sa poitrine pendant qu’il la baisait par en dessous, faisant entrer et sortir sa bite par des mouvements fermes et réguliers, encore et encore, la poussant rapidement au bord de l’orgasme.

“Oh ! Oh mon Dieu, oui ! Oui ! Baise-moi plus fort ! Plus fort !” Elle cria alors qu’il la faisait entrer et sortir en la serrant très fort par les hanches. Il a continué à faire des mouvements alors que Taylor se mettait à jouir encore et encore, criant à chaque orgasme. Il la frappait continuellement par longs coups. Ses gros et lourds seins s’entrechoquaient avec la force de ses coups ; elle ne pouvait que saisir deux poignées de draps et s’accrocher !

Elle perdit la notion du temps, mais pas le nombre de fois qu’elle avait joui. Quand elle n’en pouvait plus, elle le suppliait d’arrêter.

“D’accord, d’accord !” Elle a paniqué entre deux poussées, “S’il te plaît, je n’en peux plus ! Tu m’as…unh !…. baisé si fort….aaagghh…s’il te plaît, jouis pour moi…. Je veux te sentir jouir !”

Elle a attrapé ses tétons entre ses doigts, les a tirés et les a pincé pendant qu’il faisait entrer et sortir sa bite de sa chatte trempée. Elle avait l’intention de le faire jouir, et elle n’a pas eu à attendre longtemps. Elle pouvait sentir sa bite s’élargir en elle et savait qu’il allait exploser à tout moment. Elle a enroulé ses jambes autour de lui et a tiré fort sur ses tétons.

Thomas s’est mis à pleurer alors que son orgasme était frappé d’une force jamais vue auparavant. Il s’est avancé et sa bite a explosé au fond de la chatte de Taylor, l’inondant immédiatement de sperme. Sa bite s’est mise à tirer en longues giclées intenses, et il pouvait sentir le sperme sortir de ses grosses couilles et remonter le long de son axe pour être expulsé par le bout de sa bite. Taylor pouvait sentir sa bite palpiter et pomper à l’intérieur de sa chatte alors qu’elle se remplissait de sperme. Après la troisième longue giclée, Thomas est sorti de la chatte de Taylor pour finir de lui tirer sa charge sur tout son ventre et ses seins. Elle a rapidement attrapé son gicleur, tirant sur la bite à deux mains et l’a pompée, lui faisant sortir le sperme. Il est venu encore et encore, lui tirant dessus, jet après jet de sperme chaud et épais, partout sur elle. Lorsqu’il finit de jouir, les seins et le ventre de Taylor étaient couverts de longs et épais jets de sperme blanc. Elle continua à pomper et à presser sa bite avec ses mains jusqu’à ce que la dernière goutte glisse du bout et tombe sur son estomac. Puis, finalement, elle sentit la bite de Thomas commencer à se ramollir. Elle l’a laissée glisser de ses mains pour retomber sur son monticule tandis que Thomas s’allongeait pour reprendre son souffle. Elle était couverte de sperme, et lui de sueur.

Ils se sont finalement endormis.

Thomas s’est réveillé tôt le lendemain matin, peu après le lever du soleil, lentement tiré de son sommeil par la lumière du soleil qui brillait à la fenêtre. La lumière du matin l’a réveillé d’un rêve merveilleux, un rêve dans lequel son chaton sexuel Milf, Taylor, lui suçait lentement et tranquillement la bite alors qu’il était allongé sur le dos dans le lit. Il sourit en se souvenant du rêve, n’ouvrant pas encore les yeux mais se délectant des sensations chaudes, humides et de succion qui avaient enveloppé sa bite dure pendant que Taylor le suçait.

Seulement, ce n’était pas un rêve, a réalisé Thomas. Les sensations entourant sa bite étaient réelles, et il a ouvert les yeux et regardé en bas pour voir la tête de Taylor bouger lentement de haut en bas pendant qu’elle suçait sa bite bien droite dans sa bouche et hors de sa bouche. Il l’a regardé travailler sur son manche dur, massant doucement ses couilles d’une main tandis qu’elle saisissait sa bite de l’autre, la pompant à temps avec sa bouche qui glissait de haut en bas. Elle était le maître ultime de la pipe, la meilleure que Thomas ait jamais rencontrée, faisant courir sa langue sur et autour de la tête de sa bite, puis l’aspirant profondément dans sa bouche. Il est resté allongé pendant plusieurs minutes, s’émerveillant de la fantastique pipe qu’elle lui faisait, ne voulant pas perturber sa concentration. Sachant que c’était ce qu’elle voulait, il s’est laissé aller et est venu quelques secondes plus tard, en gémissant, alors que sa bite commençait à pomper son sperme dans la bouche de la femme qui l’attendait. Elle lui a serré la bite et les couilles plus fort quand il est arrivé, aspirant sa bite dans sa bouche et pompant l’arbre pour obtenir tout son sperme. Elle a fait glisser sa bouche jusqu’au bout sur sa bite qui giclait, prenant tout, et a avalé autour d’elle encore et encore pendant que sa bite tirait son chargement de sperme dans sa bouche et dans sa gorge. Elle a tout pris, sans jamais en manquer une goutte, et après que les pulsations de sa bite aient cessé, elle a lentement glissé sa bouche dans son axe et l’a libérée de sa bouche, pompant le dernier morceau de son sperme du bout de sa bite avec sa main, puis le léchant avec sa langue pour l’avaler. Tout cela l’a laissé à bout de souffle, et il s’est rendu compte qu’il serrait les draps dans ses poings. Il a dû faire un effort délibéré pour desserrer ses poings et laisser les draps s’échapper. Taylor a vu le mouvement et l’a regardé en l’air, avec un large sourire.

“Bonjour Thomas.” Elle roucoulait, se léchant les lèvres tout en s’accrochant à sa queue qui se ramollissait.

“Et bonjour à toi aussi.” Il répondit, essayant toujours de reprendre son souffle. “C’est une façon de réveiller un homme, tu sais ?”

Avant de partir, il lui confia qu’il était fétichiste des pieds. Taylor a mis ses bas noirs et l’a branlé avec ses pieds. Il a manqué son dernier chargement sur ces bas. Qu’elle lui a ensuite donné en souvenir de leur bref moment ensemble.

Préférence de la coquine : branlette espagnole
Endroit de préférence pour le sexe : sous le bureau du patron
Je m’ennuie toute seule à la maison alors je tchate sur le net avec des inconnus.Beaucoup me propose de venir chez eux pour faire l’amour mais moi je préfère le confort de mon appartement.