Un été, à l’université, j’ai partagé un appartement avec deux brunes et une rousse. En vérité, l’une des brunes était ma petite amie. Juliette était grande, avec de longs cheveux bouclés et une poitrine magnifique. Les deux autres étaient ses meilleures amies de classe. Mélanie, une fêtarde aux formes généreuses, avait de longs cheveux roux bouclés, des yeux bleus et des taches de rousseur. Et Lucie était une petite athlète avec des seins plus petits, mais un beau cul et des jambes de coureuse. L’appartement était plutôt miteux, puisqu’il s’agissait d’un logement universitaire. C’était un trois-pièces, avec une cuisine minuscule et pas d’air conditionné. L’absence d’air conditionné était vraiment pénible, étant donné que c’était l’été le plus chaud que nous ayons jamais connu. Le seul avantage, c’est que nous nous habillions tous de façon minimale, pour essayer de rester au frais. Les filles se sont habituées à me voir traîner torse nu, dans mon short de crosse. Et j’ai eu le plaisir de les voir porter constamment des pantalons décolletés et des hauts de bikini. Chacun de nous avait un travail à temps partiel et un ou deux cours d’été. Mais nous passions beaucoup de temps à nous prélasser et à faire la fête comme à l’accoutumée à l’université.

Juliette et moi baisions comme des lapins, compte tenu de notre relation régulière. Certains jours de week-end, nous le faisions sept ou huit fois, sans problème. Mélanie, la salope rousse, était totalement célibataire et Lucie avait un copain de lycée qui vivait encore chez elle. De temps en temps, Mélanie sortait avec quelqu’un, mais elle était loin d’être une salope. Et Lucie s’émerveillait de la fréquence des escapades sexuelles des autres, jouant la carte de l’innocence. Mais en réalité, elle était plutôt du genre nympho en chaleur, et probablement jalouse.

Nous avons frôlé la catastrophe à plusieurs reprises, et nous avons été très tentées. Chaque fois que je croisais l’une des filles vêtues de serviettes en entrant ou en sortant de l’unique salle de bains, mon esprit se précipitait dans le caniveau. Juliette et moi baisions si souvent qu’il n’était pas rare que l’une des autres filles nous surprenne.

Un soir, Juliette, Mélanie et moi étions en train de nous renseigner sur le dernier rendez-vous de Mélanie. Elle insistait sur le fait qu’elle ne lui avait fait qu’une pipe, mais qu’elle n’avait pas encore couché avec lui. Nous avons soutenu qu’elle mentait, mais nous ne croyions pas que quelqu’un s’arrêterait là.

“…Mais tu ne voulais pas le baiser ?” a demandé Juliette avec un ton très sceptique.

“J’ai envie de le baiser. Mais pas tout de suite”. Mélanie répond. “Je pense qu’il était d’accord pour une pipe. Croyez-moi !”

Je suis restée silencieux pendant une minute, mais j’ai décidé d’intervenir : “Je serais d’accord pour une pipe.”

“Tais-toi. Comme si tu ne le comprenais pas assez”, me coupe Juliette.

“C’est vrai. Mais je ne me fais jamais sucer la bite”, ai-je répondu.

Le fait est que, même si Juliette et moi avions des tonnes de sexe, nous avions très peu de sexe oral. C’était comme si nous ne voulions pas prendre le temps. C’est fou, avec le recul. C’est vrai.

“Peu importe !” Juliette a essayé de se défiler.

“Attendez. Attendez. Qu’est-ce qu’il y a ?” demande Mélanie avec curiosité.

“Je ne me fais jamais sucer. Je ne me souviens pas de la dernière fois”, ai-je répondu, honnêtement.

“Tu plaisantes ? demande Mélanie, incrédule. Sa question s’adressait à Juliette, pas à moi.

“Tais-toi. Ne l’écoute pas”, insiste Juliette.

Mélanie m’a regardée, et l’expression de mon visage a dû en dire long. Elle a traversé la pièce et s’est installée sur le canapé, à côté de Juliette. Elle a replié ses jambes sous elle, comme si elle se préparait à écouter une histoire de fantômes autour d’un feu de camp.

“Alors pourquoi tu ne lui suces pas la bite ? ” demanda-t-elle avec impatience.

Juliette soupire et se résigne : “Je ne sais pas. Je le fais……mais pas très souvent.”

“Tu n’aimes pas ça ?” Mélanie était comme une petite fille, avec des questions sans fin.

“Je ne sais pas…..C’est bon.” Juliette a répondu : “Manifestement, pas autant que toi !”

À ce stade, il s’agissait pour moi d’un pur divertissement. Il est vrai que le sujet me donnait des fourmis dans les jambes. Mais ce qui m’amusait aussi, c’était de voir ma petite amie, habituellement folle de sexe, se montrer pudique et sur la défensive.

“J’aime ça”. dit Mélanie. “Est-ce que ça te dégoûte ou quelque chose comme ça ?”

“Non.”

“Alors quoi ? …La fellation, c’est sympa. Le mec aime ça, et tu peux le faire quand tu veux.”

“Je ne sais pas ….maaaaybeee…,” Juliette hésite, “…je ne pense pas être très douée pour ça. Alors je préfère faire d’autres choses.”

“Quoi ?!” s’écrie Mélanie. Mélanie s’est écriée : “Ce n’est pas une excuse…. comment peux-tu ne pas être douée pour ça ?” En me regardant, “Tu ne penses pas qu’elle est bonne ?”

“Je n’ai jamais dit ça. Je n’ai jamais dit ça.”

Nous sommes restés silencieux pendant une seconde. Puis Mélanie a annoncé, très calmement : “Il n’y a qu’une seule façon de s’améliorer…”.

“C’est de ça que je parle !” Ma réponse m’a valu une gifle de Juliette.

“Sérieusement, insiste Mélanie.

“Non, je ne sais pas ce que je fais”. dit Juliette, cherchant une excuse.

Une autre pause gênante, mais cette fois-ci, j’ai été assez intelligente pour me taire.

Finalement, Mélanie a proposé : “Alors je vais t’apprendre”.

“Quoi ? ! …Tu es folle !” argumente Juliette. “Quoi… tu veux que je suce une banane ou quelque chose comme ça ?”

“Non. Sur Pat….Pour qu’il te dise ce qui est bon.”

“Pas question !”

“Allez”, insiste Mélanie, “Ce n’est pas comme si je ne vous avais jamais vus le faire avant”.

A ce moment-là, mes yeux sortaient de ma tête, incrédules. Et mon érection faisait la même chose dans mon short. Mélanie et moi avons regardé Juliette.

“Quoi… maintenant ?” Juliette a roulé des yeux, Mélanie lui a pris sa bouteille de bière des mains et a posé leurs deux boissons sur la table basse. Elle a fait glisser la table de quelques mètres, s’est rassise et a pointé du doigt le sol à mes pieds.

“Allez, viens”. ordonna Mélanie.

Juliette se laissa glisser à contrecœur sur le sol et s’assit sur une hanche.

Mélanie s’est rapprochée de moi, ses seins en bikini frôlant mon bras. Juliette tenait ma bite qui durcissait rapidement, à travers le tissu de mon short. Les deux filles étaient aussi visiblement excitées que moi, leurs tétons durs dépassant de leurs hauts de bikini. Juliette a massé la poignée qu’elle tenait dans mon short, suffisamment pour que la tête de ma bite s’échappe de ma ceinture.

Juliette m’a regardé avec un sourire malin : “Je suppose que tu es d’accord avec ça ?”.

J’ai regardé mon aine et j’ai souri. Soudain, le bout des doigts de Mélanie a glissé le long de mon ventre et j’ai senti des frissons me parcourir l’échine. Elle a passé ses doigts autour de ma ceinture et l’a tirée vers l’arrière pour révéler tout le paquet. Elle a regardé Juliette et a fait un signe de tête en direction de mon short. Juliette a compris l’allusion et a tendu une main de chaque côté de mes hanches, prenant une poignée de la ceinture de chaque côté. J’ai soulevé mes fesses du siège, tandis que ma copine tirait mon short jusqu’au sol. J’étais assis là, nu, et j’ai finalement réalisé ce qui se passait.

Juliette s’est mise à genoux et s’est assise sur ses pieds, et ses seins luxuriants pendaient entre mes genoux. la salope rousse s’est mise à genoux à côté de moi sur le canapé. Ses seins étaient un peu plus gros que ceux de Juliette, mais les deux salopes avaient de magnifiques bonnets C ronds. Les seins de Mélanie me regardaient en face, à peine contenus dans son bikini. Il n’y avait pas de doute sur le regard qu’elle portait sur ma bite. J’ai regardé Juliette, qui semblait attendre patiemment les instructions de son professeur.

“OK… voyons ce que tu as dans le ventre”, a ordonné Mélanie.

Juliette a poussé un soupir rapide et a pris ma bite dans sa main. Au moment où elle ouvre la bouche et commence à baisser la tête, Mélanie l’interrompt.

“Attendez, attendez !….Vous ne commencez pas tout de suite.”

Je me suis rendu compte que je retenais ma respiration par anticipation et j’ai laissé échapper une profonde expiration.

“Oh, bon sang”, se plaint Juliette.

“Allez, si tu veux le faire correctement… fais-le correctement.” Mélanie a continué : “Commencez par des baisers, ou jouez un peu avec lui….Ya doit le faire monter en puissance.”

Juliette massait lentement ma bite, puis elle a baissé la tête sur ma poitrine. Elle a commencé à me donner de petits coups de bec autour de ma poitrine et jusqu’à mon cou. Lorsqu’elle s’est penchée, ses seins se sont pressés contre mon entrejambe. J’avais envie de commencer à baiser ses seins et de la jeter par terre, mais je savais que l’attente en vaudrait la peine. Alors qu’elle embrassait mon ventre, j’ai étiré mes bras au-dessus de ma tête et j’ai regardé le plafond. la salope rousse me fixait avec un sourire diabolique. Elle a regardé Juliette, et alors que je redescendais mes bras, ma main s’est posée sur la hanche de Mélanie.

“Ooh, je sais…..Assayez ça…” propose Mélanie. Elle a posé sa main sur ma poitrine. Elle a recroquevillé ses doigts, puis a légèrement fait glisser ses ongles le long de mon ventre. Des frissons ont parcouru mon corps et j’ai essayé de ne pas montrer à quel point le contact de Mélanie était agréable.

Juliette a tendu ses deux mains vers ma poitrine et a répété le même mouvement. Ses ongles ont descendu le long de mon ventre, et lorsqu’ils ont traversé mon aine, j’ai fondu dans le canapé. Elle a continué à descendre le long de mes cuisses, tandis que mon corps se crispait de plaisir.

Prenant à nouveau ma bite dans sa main, les lèvres chaudes de Juliette ont finalement trouvé ma bite. Elle a commencé à balancer lentement sa tête de haut en bas, sur environ la moitié de ma longueur. J’ai reculé la tête pour profiter de mon plaisir et j’ai vu Mélanie qui me fixait à nouveau. Elle avait un doigt replié sur sa lèvre, se rongeant légèrement l’ongle comme si elle essayait de prendre une grande décision. Tout en regardant ses seins, j’ai fait glisser ma main le long de son dos, puis je l’ai posée sur son genou, qui était replié sous elle.

“OK, c’est pas mal”, a critiqué Mélanie en se mettant à genoux. Elle s’est penchée, les coudes sur les genoux, et a posé innocemment ses mains sur ma hanche. Son visage est resté à un pied de mon entrejambe, ce qui lui a permis de voir l’action de près. “Qu’est-ce que tu fais avec ta langue ?

Juliette a levé les yeux et a repris son souffle : “Quoi ? Je ne sais pas.”

“Eh bien, tu dois lécher aussi.”

Ma main caressait le dos de Mélanie, et comme Juliette me regardait, j’espérais qu’elle s’en fichait. Puis elle a commencé à me lécher comme une sucette.

“Attends,” Juliette s’est arrêtée, “tu veux dire comme ça, ou quand c’est dans ma bouche ?”

Mélanie a hoché la tête avec enthousiasme : “Oui ! Tout ça !”

Juliette soupira, ferma les yeux et se remit à lécher ma bite douloureuse. Elle a d’abord continué à lécher la tête, puis elle a refermé sa bouche sur elle, agitant sa langue à l’intérieur. Je commençais vraiment à prendre du plaisir, et Mélanie l’avait remarqué. Elle a soulevé ses fesses de ses talons et a déplacé ses genoux vers l’arrière. Son cul était arqué en l’air derrière elle, mais le haut de son corps reposait sur ses coudes et ses seins pendaient à mes côtés. Elle aurait pu poser son menton sur ma hanche en me regardant, mais elle s’est tournée vers moi pour voir mes réactions. Je n’étais pas sûr de pouvoir m’en tirer alors que ma main s’approchait de ses fesses. Mais elle s’est penchée vers moi. Et tandis que Juliette travaillait sur la tête de ma bite, j’ai serré à pleines mains les fesses rondes de Mélanie.

“Tu aimes ça ? m’a demandé Mélanie, ce qui m’a fait ouvrir les yeux en sursaut. Je pensais qu’elle faisait un commentaire sur le fait que j’avais saisi son cul, mais elle a fait un signe de tête à Juliette qui me regardait avec une bouche pleine.

“Oh… oui. J’ai murmuré.

“OK, maintenant mélange un peu”, m’a dit Mélanie.

“Euh, comme quoi ?” demande Juliette en me regardant.

“Lécher partout…utiliser tes mains….” Mélanie a expliqué, “mais ne fais pas toujours la même chose”.

Juliette a repris son travail et Mélanie a ajouté : ” …et n’oublie pas ses couilles “.

Juliette souffla et roula les yeux vers Mélanie comme si elle avait trop à faire.

“Et fais-le d’un seul coup”. ordonne Mélanie en ricanant.

Juliette rit : “Va te faire foutre ! Fais-le toi-même !”

Mon esprit s’est emballé, me demandant si c’était le moment… et ce fut le cas. Mélanie a attrapé ma bite mouillée et l’a tenue fermement.

“Je vais le faire”, dit-elle, “je vais te montrer ce que je veux dire”.

“Je vous en prie”, proposa Juliette en se redressant. Elle répondait à moitié au bluff de Mélanie, et à moitié lui demandait de prendre en charge la charge de travail.

Mélanie a fait glisser son poing jusqu’à la base de ma bite rigide, a tourné la tête de côté pour regarder Juliette. Elle a baissé la bouche, léchant latéralement le bout de la bite jusqu’à sa main, comme si elle mouillait le papier à rouler d’une grosse cigarette. Juliette a haussé les sourcils et s’est mordu la lèvre inférieure. Je ne sais pas si elle était excitée ou nerveuse à l’idée que son amie lèche son petit ami, ou les deux. Je l’ai regardée dans les yeux, et quand elle a enfin levé les yeux vers moi, elle était visiblement soulagée de me voir lui rendre son regard. J’ai essayé de me concentrer sur elle, au lieu de la sensation incroyable que Mélanie me procurait en caressant ma bite avec sa main et en léchant sa tête bulbeuse en même temps

Alors que je commençais à me tortiller sous l’effet de l’expertise de Mélanie, elle s’est soudain arrêtée.

“Essaie donc”. ordonna Mélanie.

J’étais au paradis, et c’était de mieux en mieux. Juliette imitait magistralement toutes les techniques de Mélanie, et j’étais vraiment en train de monter en puissance. Mes mains se promenaient sur les deux filles. L’une pressait le cul de Mélanie, tandis que l’autre prenait le sein de Juliette entre mes jambes. Elles m’ont fait frôler la limite et j’ai commencé à résister un peu. J’ai essayé de prendre un peu le contrôle, en tendant les bras vers le corps de Juliette pendant qu’elles s’échangeaient des coups. Mais Mélanie ne m’a pas laissé faire.

“Vous êtes incroyables”, ai-je supplié, “je n’en peux plus”.

“OK, il faut qu’on ralentisse un peu”, m’a dit Mélanie.

“Oh mon Dieu”, j’ai soupiré.

“On va le taquiner un peu”. La salope rousse a donné des instructions, en se redressant et en passant un bras derrière son dos. J’ai regardé au ralenti comment elle a tiré sur la ficelle de son bikini et a écarté le haut de sa poitrine. Ses seins ronds ont rebondi pendant une seconde alors que la chair douce et lisse apparaissait au grand jour. Ses mamelons étaient déjà en érection, mais les protubérances roses sur ses seins pâles formaient un joli contraste avec la peau couverte de taches de rousseur du haut de sa poitrine et de ses épaules.

Juliette tenait toujours ma bite palpitante et la relâcha lorsqu’elle s’assit pour révéler ses propres seins exquis. Mélanie l’a presque repoussée en se glissant entre mes jambes. Elle a plané au-dessus de mes genoux et a soigneusement fait glisser ses tétons le long de l’intérieur de ma cuisse, jusqu’à mon aine. La sensation de légèreté me donna à nouveau des frissons.

“Essaie ça”, m’a dit Mélanie en rassemblant son ample poitrine dans ses mains. Elle a posé sa poitrine sur mes genoux, positionnant ma bite entre ses seins, puis a lentement glissé entre mes jambes.

“Oh, je sais qu’il aime ça”, l’a rassurée Juliette. Puis elle a grimpé sur le canapé et s’est agenouillée à côté de moi. Elle s’est penchée, a appuyé sa poitrine sur mon visage et a serré ses seins entre ses bras. J’étais étouffée et en pleine jouissance. Mélanie augmentait le rythme auquel elle me caressait avec ses seins. Et j’essayais de lécher et de sucer chaque centimètre des seins parfaits de Juliette.

Juliette a déposé un baiser sur le dessus de ma tête et a ronronné doucement : “Ça va, bébé ?”

“Je crois que je vais exploser”, balbutiai-je entre deux respirations.

Juliette a dégagé mon visage de son sein et a embrassé le long de mon ventre. Lorsque la tête de ma bite est réapparue entre les seins de Mélanie, Juliette s’est élancée avec sa langue. Elle a forcé sa bouche sur moi et a repoussé Mélanie avec son épaule. Elle a passé sa langue sur toute ma longueur, l’imbibant de sa salive. Elle s’est replacée entre mes jambes et a recommencé à me baiser les seins, comme Mélanie avait commencé à le faire. La nouvelle couche de salive permettait à ma bite de glisser facilement entre ses seins fermes, et je savais que si elle travaillait assez fort, Juliette pourrait me faire jouir là.

Quand j’ai enfin levé les yeux, Juliette me regardait avec un sourire diabolique. À côté d’elle se trouvait sa meilleure amie, également à genoux. La salope rousse entourait l’un de ses mamelons avec son majeur, et son autre main était devant sa bouche, avec un doigt enroulé autour de ses lèvres. Elle fixait ma bite qui pénétrait entre les seins de Juliette. Soudain, Mélanie s’est penchée sur mon ventre pour se stabiliser, tandis que sa bouche cherchait ma bite. Lorsqu’elle l’a trouvée, elle l’a consommée, mettant fin à la séance d’enculage de seins.

Je n’ai été déçu qu’une seconde, car Juliette a abaissé son visage vers celui de Mélanie. Elle a tourné la tête sur le côté et a léché le long de ma queue. Je pouvais voir la langue de Juliette contre les lèvres de Mélanie pendant que les deux filles dévoraient ma bite. J’ai senti la main de Juliette sur ma cuisse, entre mes jambes, et elle a rapidement glissé vers le haut pour masser mes couilles. Les filles ont commencé à alterner les positions, l’une sur la tête et l’autre sur la base de ma bite. Je ne pouvais plus savoir quelle bouche faisait quoi. Je m’en moquais d’ailleurs. C’était une surcharge sensorielle, et je me préparais à un orgasme d’enfer.

Je me tordais de plaisir et j’approchais de la limite quand Mélanie a encore interrompu la procédure. Elle a placé son visage directement au-dessus de moi et a fait signe à Juliette de regarder. Sa langue s’est étirée et s’est enroulée autour du bout de ma bite, et sa bouche s’est ouverte en grand. Elle a lentement fait glisser sa bouche ouverte sur moi, en gardant sa langue enroulée en “u” autour de la tige. Lorsque le bout de ma bite a touché le fond de sa bouche, ses lèvres se sont refermées autour. La sensation de chaleur et d’humidité était irréelle, et elle a hoché la tête plusieurs fois. La caresse de sa langue, en plein contact, était incroyable.

Lorsque Mélanie s’est écartée, Juliette s’est mise en position pour répéter la performance. De nouveau, j’ai senti une langue chaude envelopper mon érection enragée. De nouveau, j’ai vu une bouche se refermer sur moi et commencer à bouger. Juliette cherchait à maîtriser cette nouvelle technique, et cela ne lui a pas pris longtemps. Sans réfléchir, ma main se dirigea vers le sein de Mélanie. J’ai attiré son mamelon dur dans ma bouche et ma langue a repris le tourbillon que son doigt avait appliqué.

Juliette a repositionné le bas de son corps sur le canapé à côté de moi, à l’opposé de l’endroit où Mélanie était agenouillée. Elle travaillait fébrilement, massant toute ma bite avec sa langue. Mon gland s’est écrasé au fond de sa bouche et j’ai commencé à me tortiller. Mélanie s’est allongée, et chaque fille avait une main sur mes hanches, me maintenant au sol. J’y étais presque et j’avais envie de me libérer. Même si j’appréciais la vue de ces deux filles qui me travaillaient, j’ai fermé les yeux, essayant de tenir le plus longtemps possible.

Le peu de résistance que j’avais s’est envolé en un instant, lorsque j’ai senti une langue ferme et chaude s’enfoncer dans mes couilles. La bouche de Juliette enveloppait toujours ma bite, et la langue de Mélanie s’enroulait, se tordait et massait mes couilles. Mon cul s’est soulevé du canapé, mes muscles se sont contractés. C’était trop pour les filles, et je me suis jeté sur le visage de Juliette. Mon orgasme a éclaté au plus profond de moi et Juliette a forcé sa bouche sur moi aussi profondément qu’elle le pouvait. Le premier jet de sperme a touché le fond de sa gorge et a rempli sa bouche. Elle a essayé désespérément de tout avaler, mais la deuxième charge était trop importante. Alors que mon sperme chaud jaillissait de ses lèvres et suintait le long de ma bite, Juliette luttait pour continuer à tout avaler. Cela n’avait pas d’importance, car son amie était là pour attraper ce qu’elle avait manqué. Mélanie léchait les gouttes de sperme sur ma queue et suçait tout autour, là où elle pouvait l’atteindre.

Je suis allé sur une autre planète. Mon incroyable orgasme a semblé durer une éternité, puis pas assez longtemps. Deux bouches se sont penchées sur ma queue épuisée et ont léché délicatement mes couilles, recueillant chaque goutte répandue. J’avais le souffle court et je luttais pour récupérer. Je n’arrivais pas à croire ce qui venait de se passer. La salope rousse a roulé sur le dos, posant sa tête sur ma hanche. J’ai regardé ses seins se poser sur sa poitrine, tandis qu’elle se léchait les lèvres. Juliette est restée face contre terre, posant sa tête sur mon ventre.

“Tu vois… C’était amusant”, dit Mélanie en rompant le silence.

“Alors, tu en veux encore, hein ?” dit Juliette en levant les yeux vers moi et en battant ses longs cils.

“Euh… oui. Je pense qu’on devrait vraiment en faire plus”, répondis-je en me rendant à l’évidence.

Après une longue pause, Mélanie a proposé une excellente idée : “Ou….peut-être devrions-nous prendre d’autres leçons.”

Préférence de la coquine : pénétration anale et jeune homme
Endroit de préférence pour le sexe : discrètement chez vous
J’habite à Lyon et j’ai écumer la plupart des boites libertines.